Topic outline

  • Généralités

    Ce cours est donné au semestre d'automne 2020 à la HEP-Vaud dans le cadre des didactiques romandes (DidRo).

    Il constitue le premier module de formation initiale pour les futurs enseignants de droit du secondaire II.

    Les séances débutent à 13h30 et se terminent à 16h45 (avec une pause de 15 minutes).

    Toutes les séances ont lieu à la HEP de Lausanne, en salle C33-812. Le planning officiel des séances du module peut être téléchargé ci-dessous.

    Pour des questions de droits d'auteur, les étudiants doivent se connecter en s'identifiant pour avoir accès à tous les documents mis à disposition sur cette page !

    • nom d’utilisateur : votre nom de famille en minuscule (sans accent, sans trait d'union et sans espace pour un double nom)
    • mot de passe : DidRo2020-2021

    N'oubliez donc pas de vous connecter, sinon des fichiers et des dossiers n'apparaîtront même pas !


  • Séance 1, le 18 septembre 2020

    Cette première séance est consacrée tout d'abord à la présentation du module, puis à la définition du droit comme discipline scolaire.

    Les conditions cadre du module contiennent les indications concernant la description générale du module (structure du module, compétences travaillées et niveaux de maîtrise attendus, bibliographie), la planification des séances (dates, salle, horaire, liste des thématiques disciplinaires et didactiques abordées), les exigences pour la certification et les coordonnées du formateur. La grille d'évaluation pour la certification du module est également jointe aux conditions cadre du module. Les documents cités peuvent être téléchargés ci-dessous.

    Dans un premier diaporama (cf. les diapositives de la séance ci-dessous), il est rappelé pourquoi il est nécessaire d'enseigner le droit à l'école. Un renvoi est fait aux différents plans d'études officiels afin de prendre connaissance des finalités de cet enseignement.

    En réfléchissant à la notion même de droit, il est ensuite proposé d'étudier les différents éléments qui composent cette discipline scolaire (cf. le deuxième document PDF des diapositives de la séance ci-dessous). Il s'agit notamment d'identifier la matrice disciplinaire du droit que l'on peut, doit ou devrait enseigner. Sur la base de l'analyse de quelques plans d'études, les étudiant-e-s déterminent quel(s) type(s) de "droit" les injonctions officielles nous imposent d'enseigner (cf. le document PDF produit par les étudiant-e-s ci-dessous).

    La séance se termine par quelques constats sur les différentes manières d'aborder le droit dans écoles du secondaire. Cette question sera reprise au début de la séance suivante en présentant quelques écoles juridiques.  Les étudiant-e-s peuvent déjà se familiariser avec ces écoles juridique en lisant un petit article (cf. PDF ci-dessous) présentant une réflexion sur les différentes manières d'envisager le droit dans l'enseignement au secondaire.


    Files: 6
  • Séance 2, le 25 septembre 2020

     

    Après un retour sur la notion de matrice disciplinaire en droit et sur les différentes écoles juridiques, cette séance, sur le thème juridique des sources du droit, est consacrée à la notion de transposition didactique en droit.

    La séance débute donc par un retour sur la notion de matrice disciplinaire en droit et la présentation des courants juridiques principaux pouvant orienter l'enseignement du droit (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Le livre de François Robert, Enseigner le droit à l'école (ESF, 1999), développe cette thématique de manière plus approfondie (les lecteurs les plus courageux pourront même se référer à la thèse de doctorat de cet auteur, disponible sur son site : http://www.f-robert.com/fr/TextesPublications.html). Un petit article présentant également ces diverses écoles juridiques peut être téléchargé dans la rubrique de la séance précédente.

    Pour illustrer la présence des différentes écoles juridiques dans la manière de concevoir le droit, une activité est proposée en utilisant les définitions spontanées des élèves sur la notion de droit (cf. le document PDF et les diapositives de la séance ci-dessous). Les étudiant-e-s reçoivent 5 pages A4 contenant chacune 8 définitions du droit données par des élèves de l'ECGF. Une premier travail consiste à repérer les liens entre ces définitions et les écoles juridiques; un constat s'impose (ce qui a bien été démontré par les groupes d'étudiants au cours de la séance) : toutes les écoles juridiques peuvent être retrouvées dans la manière dont les élèves définissent le droit ! Ensuite, il est demandé à chaque groupe d'étudiants de proposer un petit scénario pédagogique pour exploiter ces définitions en classe; quatre propositions peuvent être consultées dans le document PDF ci-dessous.

    La séance se poursuit sur le thème de la transposition didactique. Elle commence avec une présentation théorique de la notion de transposition didactique et de ses implications pour le droit (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Au-delà de la théorie, il s'agit de voir concrètement les effets de la transposition didactique en droit. Il est ainsi proposé d'analyser la présentation du thème des sources du droit. Les étudiants réalisent une activité consistant à comparer le savoir savant issu d'extraits d'ouvrages juridiques avec le savoir à enseigner issu d'extraits de quelques manuels scolaires (cf. les documents PDF ci-dessous reprenant les divers extraits proposés). Cette activité met en évidence les diverses transformations du savoir lors du passage entre deux étapes de la chaîne de la transposition didactique. Les constats des étudiant-e-s sont éloquents et peuvent être consultés dans le document PDF ci-dessous.

    Cette prise de conscience devrait permettre aux enseignants de mieux utiliser les manuels scolaires en fonction des savoirs scientifiques de référence (cf. les dernières diapositives de la séance) !


    Files: 4
  • Séance 3, le 2 octobre 2020

     

    Cette séance est consacrée aux grands domaines du droit et aux principaux modèles d'enseignement-apprentissage.

    Avant de commencer, pour revenir sur la transposition didactique externe vue lors de la dernière séance, quelques informations sont données concernant la recherche du savoir savant de référence en droit à l'aide d'internet. Les étudiant-e-s sont encouragés à construire leur propre webographie pour la préparation de leurs cours. Pour ce faire, on peut s'inspirer des quelques liens donnés dans la webographie disponible sur ce site : https://www.gaius.ch/mod/page/view.php?id=4.

    Pour débuter le thème du jour, il est tout d'abord demandé aux étudiant-e-s d'énoncer les divers critères d'une bonne leçon de droit selon eux (cf. document PDF ci-dessous). Ces critères seront repris par la suite pour voir quels modèles d'enseignement-apprentissage correspondent le mieux aux critères des étudiant-e-s...

    La première partie de la séance consiste à faire vivre aux étudiant-e-s les trois modèles d'enseignement à propos d'une leçon concernant les grands domaines du droit. L'objectif est ici double : présenter cette matière juridique et prendre conscience des caractéristiques des 3 principaux modèles d'enseignement-apprentissage en vivant concrètement une leçon de droit. Des étudiants ont fait les observateurs attentifs et ont décrit les caractéristiques principales de ces 3 phases d'enseignement différentes (cf. document PDF ci-dessous). La présentation de ces constats a permis de mettre en évidence les caractéristiques principales de ces modèles. Ces dernières sont ensuite précisées dans les diapositives de la séances et dans le document théorique distribué.

    La suite de la séance a été consacrée à réfléchir, aux avantages et aux limites de chaque modèle, notamment dans le but de pouvoir mieux choisir et mettre en oeuvre un modèle efficace en classe. Pour effectuer cette réflexion, il est proposé aux étudiant-e-s d'analyser les productions d'élèves de 5 activités différentes à propos des domaines du droit. En fonction de ces productions et de leur propre expérience, les étudiant-e-s ont mis en évidence, de manière particulièrement pertinence et quasi exhaustive, les avantages et les limites de chaque modèle (cf. document PDF ci-dessous). Les diapositives de la séances, résument également ces réflexions.

    Concernant les informations à propos du contenu disciplinaire nécessaire pour élaborer une séquence d'enseignement sur les grands domaines du droit (cf. les diapositives de la séance ci-dessous), outre les manuels scolaires généralement très brefs sur ce thème juridique, l'ouvrage de référence est sans doute celui de LE ROY Y. et SCHOENENBERGER M.-B., Introduction générale au droit suisse, Schulthess, 2015. Le Que-sais-je ? sur le droit (FABRE-MAGNAN M., Introduction au droit, PUF, 2016) permet aussi une bonne révision...

    Files: 4
  • Séance 4, le 9 octobre 2020

     

    Cette séance est consacrée à l'organisation de notre Etat de droit (fédéralisme, séparation des pouvoirs, démocratie semi-directe), à la formulation des objectifs et des consignes.

    Après un bref retour sur la séance précédente (sur les productions d'élèves lors d'activités relevant de différents modèles d'enseignement-apprentissage), la séance débute par quelques informations sur la matière juridique de la séance (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Quelques sites internet officiels donnent les informations essentielles à ce sujet : https://www.ch.ch/fr/democratie/, la brochure "La Confédération en bref"https://www.eda.admin.ch/aboutswitzerland/fr/home/politik/uebersicht.html.

    Une première activité est proposée par groupe de deux ou trois étudiant-e-s : rédiger deux questions que l'on donnerait aux élèves lors d'un visionnement de deux petites vidéos :

    et 

    Ensuite, les étudiant-e-s répondent aux questions rédigées par leurs collègues (cf. le document PDF ci-dessous). Cet activité est reprise en fin de séance pour analyser la manière de rédiger les consignes !

    Quelques éléments théoriques sont ensuite apportés à propos des différents types d'objectifs que l'on utilise dans l'enseignement (cf. le document théorique en PDF ci-dessous). Une deuxième activité est alors proposée : sur des post-it, chaque étudiant-e rédige au moins deux objectifs généraux différents pour une séquence d'enseignement sur l'organisation de notre Etat (cf. document PDF ci-dessous). Le but de cette activité est de montrer la diversité possible des objectifs généraux pour une même séquence d'enseignement; le choix de ces derniers a des conséquences importantes pour la suite de la construction de la séquence...

    La séance se poursuite par quelques informations théoriques sur les objectifs spécifiques et opérationnels qui permettent de préciser les objectifs généraux et de planifier les activités de la séquence (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Un bref document théorique sur la formulation des objectifs est distribué (cf. document PDF ci-dessous).

    Une troisième activité est alors proposée afin d'illustrer l'alignement curriculaire : à partir de quelques objectifs généraux rédigés par les étudiant-e-s, rédiger des objectifs spécifiques et opérationnels qui permettront de mettre en oeuvre concrètement la séquence d'enseignement (cf. les propositions des étudiant-e-s dans le document PDF ci-dessous).

    Pour faciliter la recherche des objectifs (et pour donner quelques pistes d'activités possibles en classe à propos de l'organisation de notre droit), un nouvel exercice est proposé aux étudiant-e-s : à partir de 3 activités données à des élèves du secondaire II et des productions de ces derniers (cf. les documents PDF dans le dossier ci-dessous), il s'agit d'imaginer et rédiger les objectifs spécifiques et opérationnels, ainsi que les objectifs généraux, de ces leçons. Les transparents des étudiant-e-s (cf. le document PDF ci-dessous) illustrent la formulation des objectifs (en particulier les objectifs spécifiques et opérationnels qui se formulent en décrivant simplement les productions des élèves...). Une fois les objectifs identifiés, l'enseignement prévu peut être décrit en fonction des différents modèles d'enseignement.

    Pour terminer la séance, un retour est fait sur la première activité afin de démontrer l'importance de la rédaction des consignes. Un constat simple s'impose ici : lorsque les objectifs spécifiques et opérationnels sont formulés avec précision, les consignes qui en découlent sont formulées de manière très efficace... Un petit document théorique sur la formulation des consignes est alors distribué et présenté (cf. document PDF ci-dessous). Nous y reviendrons en début de séance prochaine.

    Files: 5
  • Séance 5, le 16 octobre 2020

     

    Cette séance, sur le thème juridique des droits fondamentaux, est consacrée aux consignes et à l'évaluation des activités proposées dans l'enseignement du droit.

    La séance débute par un rapide retour sur les éléments de la séance précédente. Quelques précisions sont ainsi encore données à propos des modèles d'enseignement et de la formulation des objectifs (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Quelques explications sont aussi données sur la formulation des objectifs spécifiques et opérationnels en soulignant qu'il s'agit là d'un premier outil indispensable pour l'enseignant.

    Des exemples de consignes d'activités portant sur les droits fondamentaux sont ensuite distribués (cf. document PDF ci-dessous). Il est simplement demandé aux étudiant-e-s de les classer du plus pertinent au moins intéressant, ainsi que d'être attentif à la formulation spécifique et opérationnelle de ces consignes. Un petit classement est alors établi (cf. les diapositives de la séance) et, comme prévu, toujours les mêmes activités sont considérées comme les meilleures... Il s’agit donc de comprendre pourquoi ce sont toujours les mêmes activités qui se trouvent aux premières places et les mêmes en dernière positions !

    La séance se poursuit par une petite partie théorique présentant les informations de base concernant les droits fondamentaux (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Concernant cette matière juridique, les étudiant-e-s trouveront les informations scientifiques utiles notamment dans l'ouvrage de Pascal Mahon, Droit constitutionnel IIDroits fondamentaux, publié à Neuchâtel par la faculté de droit en 2014 (manuel clair et suffisant pour l'enseignement de cette matière au secondaire, d'environ 200 pages). D'autres ouvrages plus complets peuvent également être cités : Auer A, Droit constitutionnel suisse IIles droits fondamentaux, Stämpfli, 2006; Müller J.-P., Eléments pour théorie suisse des droits fondamentaux, Stämpfli, 1983; ou encore les commentaires des articles 7 à 36 de l'ouvrage de Aubert J.-F., Mahon P., Petit Commentaire de la Constitution fédérale de la Confédération Suisse, Schulthess, 2003.

    Pour obtenir d'autres exemples de dispositifs sur les droits fondamentaux, divers manuels peuvent être consultés, notamment : le manuel RepèresManuel pour la pratique de l'éducation aux droits de l'homme avec les jeunes, du Conseil de l'Europe (disponible sur Internet à la page http://www.eycb.coe.int/compasito/fr/), ou le manuel L'éducation aux droits de l'Homme; comprendre pour agir ensemble, de l'Organisation internationale de la francophonie (disponible sur Internet à la page https://www.francophonie.org/sites/default/files/2020-01/guide_education_aux_droits_de_l_homme.pdf). Vous pouvez également consulter le site suivant proposant des activités pour tous les niveaux de la scolarité obligatoire : http://www.education21.ch/fr/l-edd/education-a-la-citoyennete-mondiale.

    La suite de la séance est consacrée à la présentation (ou au rappel) d'un outil permettant d'évaluer la pertinence des activités en fonction des opérations intellectuelles faites par les élèves : la taxonomie. Un bref document théorique est distribué et quelques diapositives sont également montrées pour souligner quelques aspects de cette théorie (cf. les documents PDF ci-dessous). Un retour sur le classement des exemples d'activités précédemment établi est ensuite proposé. Un constat clair s'impose : les activités préférées sont toutes d'un haut niveau taxonomique...

    Une activité est alors proposée aux étudiant-e-s : à partir d'une consigne choisie, modifier cette dernière pour obtenir deux autres activités de niveaux taxonomiques différents (cf. les propositions des étudiant-e-s dans le document PDF ci-dessous). En changeant peu de choses à une question, on peut donc facilement proposer à nos élèves des tâches plus intéressantes pour eux du point de vue cognitif !

    A la suite de cet exercice, en ajoutant la volonté de proposer des activités de hauts niveaux taxonomiques à la liste des critères d'une bonne leçon de droit selon les étudiant-es, nous pouvons revenir sur ces derniers et les relier aux différents modèles d'enseignement. Un constat s'impose : le modèle qui permet de remplir le plus de critères est le modèle socio-constructiviste... A chacun d'en tirer les conséquences pour son propre enseignement !

    Une réflexion est ensuite menée à partir de l'une des consignes d'activité des exemples donnés (faire rédiger quelques droits fondamentaux d'une nouvelle Constitution) pour montrer comment on peut remonter jusqu'aux valeurs qui fondent notre Etat en travaillant les droits fondamentaux. Un exemple d'une séquence testée à l'Ecole de Culture Générale de Fribourg est présentée et discutée (cf. le document PDF ci-dessous contenant les consignes et les productions des élèves).

    Pour aborder en classe de droit les sujets d'actualité polémiques en lien avec les droits fondamentaux, il est nécessaire de prendre l'attitude du juriste. Il est donc d'abord important de comprendre le système expliquant la restriction des droits fondamentaux (le système de l'article 36 de notre Constitution) : on peut illustrer ce système avec le cas de la liberté d'expression ou la liberté de croyance dans le cadre scolaire (cf. les diapositives de la séance et l'exemple d'exercice effectué par des élèves de l'ECG dans le dernier document PDF ci-dessous).

    Files: 4
  • Séance 6, le 30 octobre 2020

     

    Cette séance consiste en un premier travail à distance.

    Le premier travail à distance se fait en utilisant des « Ateliers » créés ci-dessous (ceux-ci seront créés durant la semaine de vacances, mais chacun peut prendre de l'avance en réalisant la première partie de ce travail à distance !). Chacun intervient uniquement dans l’atelier où figure son nom.

    Pour lire les discussions et écrire dans l’atelier qui vous est attribué, il est nécessaire de se connecter comme utilisateur :

    ·   nom d’utilisateur : votre nom de famille en minuscule (sans accent, avec trait d'union si nécessaire)

    ·   mot de passe : DidRo2020-2021

    Le travail à distance se fait en trois étapes distinctes.

    1) Les étudiant-e-s doivent déposer, dans l’atelier qui contient leur nom, trois objectifs spécifiques et opérationnels, ainsi que trois consignes d'activité en lien avec ces objectifs. Ceux-ci doivent être déposés au plus tard le 30 octobre 2020 à 15h30 !

    • Avant la formulation des objectifs spécifiques et opérationnels, vous présentez en quelques mots le contexte général de la séquence d’enseignement dont il est question et vous proposez les objectifs généraux de cette séquence.

    • Ensuite, vous rédigez les trois objectifs et les trois consignes en respectant une formulation spécifique et opérationnelle.

    • Les consignes sont de trois niveaux taxonomiques différents (ces niveaux taxonomiques ne sont pas nommés par les auteurs, mais seront déterminés par leurs collègues !).

    • Les objectifs et les consignes portent sur un thème juridique mentionné dans les plans d'études du secondaire II (choisissez un thème que vous enseignerez, ce sera tout ça de fait...).

    Après avoir rédigé ces divers éléments dans un document DOC, vous déposez ce document dans vos ateliers respectifs en effectuant un copier-coller dans la case « Contenu du travail » (ou avec la fonction « Annexes »).

    2) Les étudiant-e-s doivent rédiger des commentaires concernant tous les objectifs spécifiques et opérationnels, ainsi que les consignes des collègues de leur atelier. Ces commentaires doivent être rédigés dans l’atelier adéquat dès la mise en ligne des objectifs et des consignes, et ce jusqu'au mardi 3 novembre 2020 à 20h00 !

    • Chaque commentaire porte d'abord sur la formulation (de manière spécifique et opérationnelle) correcte ou non des objectifs et des consignes.

    • Chaque commentaire évalue ensuite la pertinence des activités proposées en justifiant en quelques mots l’évaluation proposée et en déterminant les niveaux taxonomiques de ces activités.

    3) Dès le mercredi 4 novembre 2020, les étudiant-e-s prennent connaissance des commentaires de leurs collègues à propos de leurs productions. On en discutera ensemble lors de la séance du 6 novembre. Pour voir les commentaires de vos collègues, retournez dans votre atelier et cliquez sur votre travail !

    Un problème informatique ne dispense pas les étudiants d'effectuer le travail à distance : il y a toujours la possibilité d'envoyer les documents demandés par mail au formateur (guillaume.roduit@hepl.ch) !

    File: 1
  • Séance 7, le 6 novembre 2020

     

    Cette séance, sur le thème des raisonnements juridiques, est consacrée à la maîtrise des savoir-faire de base en droit. Elle aura lieu à distance selon les indications ci-dessous.

    La séance débute à 13h30 par une visioconférence. Vous devez vous connecter en cliquant sur le lien suivant : https://zoom.us/j/95896428822 (ID de réunion : 958 9642 8822).

    La première partie de la séance est consacrée à une discussion sur le travail à distance effectué lors de la séance précédente.

    La suite de la séance consiste à introduire les raisonnements juridiques en regardant de plus près ce que font concrètement les juristes (cf. les diapositives de la séance disponibles ci-dessous). Plusieurs constats peuvent être posés quant à l'enseignement de la pensée juridique. A partir de cette présentation, il est demandé aux étudiant-e-s de dresser la liste des savoir-faire en droit que nos élèves devraient maîtriser afin de se rapprocher du travail des juristes; les étudiant-e-s envoient leurs réponses en cliquant sur le lien suivant : www.wooclap.com/ETMEFS.

    Après cette première étape, il s'agit de présenter les principaux raisonnements juridiques. L'accent est mis sur le raisonnement par syllogisme qui est particulièrement utilisé par les juges de nos tribunaux suisses. Une capsule vidéo présente ces éléments théoriques; ceux-ci se trouvent également dans un petit script rédigé par le Prof. Carron de l'Université de Neuchâtel (ce script a été réalisé spécialement pour les enseignants du secondaire II qui participaient à une formation continue sur la résolution de cas en droit). Le script est disponible ci-dessous et la vidéo peut être téléchargée en cliquant sur le lien suivant : https://tube.switch.ch/videos/ad1d6126.
    A la suite du visionnement de la vidéo et de la lecture du script, une activité individuelle est proposée. Chaque étudiant-e prend connaissance de l'extrait d'un ATF choisi par la Prof. Manaï pour illustrer le raisonnement par syllogisme (cf. document PDF ci-dessous, premier extrait du document). En lisant cet extrait d'ATF, chaque étudiant-e repère les 6 étapes de la résolution d'un cas en droit selon le raisonnement par syllogisme. Pour prendre connaissance des autres types de raisonnement juridique, les étudiant-e-s pourront faire de même avec les autres ATF choisis par la Prof. Manaï...

    La séance reprend à 15h30 en revenant en plénière, grâce à la visioconférence de la séance (https://zoom.us/j/95896428822). Une discussion sur les raisonnements juridiques et le travail individuel est prévue.
    Enfin, un travail de groupe est proposé. Les groupes sont formés à partir de la visioconférence sur zoom; quatre nouvelles visioconférences sont créées à partir des participant-e-s présent-e-s. Chaque groupe peut ainsi discuter et réaliser la tâche demandée en rédigeant en commun des consignes d'exercice pour travailler certains savoir-faire qu'il est nécessaire de maîtriser pour travailler la pensée juridique. Chaque étudiant-e trouve le document à remplir sur Framapad (un document vous présente en quelques mots l'utilisation de Framapad ici : https://mypads2.framapad.org/p/presentation-de-l-utilisation-de-mypads-ty3lf19xw) en cliquant sur le lien de son groupe ici :

    La séance se termine en revenant en plénière à 16h20, grâce à la visioconférence de la séance (https://zoom.us/j/95896428822). Après avoir regardé et commenté les propositions d'activités des étudiant-e-s, plusieurs pistes d'exercices sont présentées; le dernier document PDF ci-dessous reprend ces divers éléments.


    Files: 3
  • Séance 8, le 13 novembre 2020

     

    Cette séance, sur le thème juridique du droit des personnes et de la famille, est consacrée à la résolution de cas et à la problématisation de l'enseignement du droit.

    La séance débute par un travail individuel (qu'il est possible de faire avant la séance ou dès 13h30 vendredi). Il s'agit de prendre connaissance de certains éléments qui feront ensuite l'objet d'un travail de groupe. Comme vous analyserez les productions de groupes d'élèves ayant résolu des cas en droit des personnes, lisez le document présentant la démarche de résolution en droit que ces élèves ont reçu, puis lisez ensuite attentivement leurs propositions de résolution (cf. les trois documents PDF ci-dessous). Vous pouvez également regarder une vidéo qui rappelle quelques éléments théoriques sur la notion de personne en droit (les diapositives de cette vidéo se trouvent dans le document PDF ci-dessous et la vidéo est disponible en cliquant ici : https://tube.switch.ch/videos/ed8c5a04).

    Une visioconférence sur zoom commence à 14h15. Cliquez sur le lien suivant pour rejoindre la visioconférence : https://zoom.us/j/97748899086.

    En duo ou trio, selon la répartition des salles sur zoom, les étudiant-e-s analysent les productions des groupes d’élèves de l’ECGF en se focalisant sur une étape particulière du raisonnement. Il s'agit de déterminer toutes les difficultés, lacunes ou problèmes rencontrés par les élèves durant cette étape du raisonnement. Les constats de chaque duo ou trio sont rédigés dans les pads ci-dessous :

    Vers 14h45, une mise en commun est faite en plénière sur zoom (https://zoom.us/j/97748899086). Quelques pistes sont alors données pour mieux préparer les élèves à la résolution de cas, notamment en revenant sur les propositions des étudiant-e-s lors de la dernière séance et le dossier mis à disposition alors.

    La deuxième partie de la séance débute à 15h45 en plénière sur zoom (https://zoom.us/j/97748899086). Il s'agit de s'attarder sur la notion de problème et de regarder comment l'on peut problématiser l'enseignement du droit de la famille. Après quelques mots introductifs sur la notion de problème et l'actualité du droit de la famille, notamment en faisant référence au rapport récent du Conseil fédéral sur la modernisation du droit de la famille (cf. les diapositives de la séance ci-dessous), il est demandé aux étudiant-e-s d'imaginer un problème à soumettre aux élèves. Une petite discussion en groupe est faite et le rapporteur de chaque groupe rédige le problème imaginé sur un padlet à la page suivante : https://padlet.com/guillaume_roduit/nccanahnhknkgw5g.

    Pour améliorer la manière dont on problématise l'enseignement du droit, il est ensuite fait référence aux notions de "concepts" et de "représentations" qu'il serait judicieux de prendre en compte pour problématiser de manière pertinente. Un petit document théorique sur la notion de représentation est distribué (cf. document PDF ci-dessous). Afin de vérifier la pertinence de la problématisation d'une leçon de droit, il est alors demandé de revenir sur le padlet précédent et de déterminer les concepts juridiques qui étaient au coeur des problèmes proposés par les étudiants, puis d'identifier les représentations des élèves à leur propos; si les problèmes sont conçus pour permettre de combler les écarts entre les représentations des élèves et les concepts étudiés, alors la problématisation devrait être pertinente... Ces réflexions sont résumée dans le padlet précédant (cf. également le PDF ci-dessous) et seront approfondies lors de la prochaine séance, notamment en abordant le dispositif particulier de la situation-problème.

    Files: 6
  • Séance 9, le 20 novembre 2020

     

    Cette séance est consacrée au travail de groupe et à la situation-problème dans l'enseignement du droit, le thème juridique de la séance est l'introduction au droit des obligations.

    Pour débuter cette séance, Il s'agit de reprendre la démarche classique de l'enseignement par problème présentée lors de la dernière séance, puis de se focaliser sur la deuxième étape de cette démarche : le travail de recherche en groupes d'élèves. Quelques éléments théoriques sont donc à rappeler concernant le travail de groupe. Pour ce faire, un dossier PDF sur le travail de groupe est disponible ci-dessous et quelques diapositives reprenant les éléments importants de ce dossier sont présentées dans la vidéo suivante : https://tube.switch.ch/videos/0a67c6a1 (les diapositives de cette vidéo sont disponibles ci-dessous). Un bref document présente également le fameux test de la NASA qui permet aux élèves de prendre conscience de l'intérêt du travail de groupe et de connaître les règles de fonctionnement d'un travail de groupe. Les étudiant-e-s prennent connaissance de ces éléments durant les 20 premières minutes de la séance (ou avant).

    Une fois les premiers éléments théoriques sur le travail de groupe passés en revue, prenons l'étape suivante de la démarche d'enseignement par problème, soit la mise en commun des productions des élèves. Cette étape est particulièrement importante et délicate. Pour comprendre les enjeux de la mise en commun, les étudiant-e-s regardent une vidéo où l'on voit un enseignant organiser une mise en commun de l'activité sur la création des constitutions (cf. la séance sur le droit constitutionnel). Cette vidéo est disponible ici : https://tube.switch.ch/videos/0c1cd447. Pendant le visionnement de cette vidéo, les étudiant-e-s rédigent des commentaires sur un document word collaboratif disponible à l'adresse suivante : MSDRO31_Observations_MiseEnCommun. Cette activité est à réaliser pour le vendredi 20 novembre avant 14h15 (mais rien ne vous empêche de débuter dès maintenant !).

    La séance se poursuit par une visioconférence en plénière à 14h15; vous pouvez rejoindre cette visioconférence en cliquant sur le lien suivant : https://zoom.us/j/94263064832. Après une discussion sur les constats des étudiant-e-s sur la mise en commun observée, quelques considérations générales sur l'organisation d'une mise en commun sont présentées (cf. les diapositives ci-dessous).

    Ensuite, un travail de groupe est proposé; les groupes sont formés aléatoirement en répartissant les étudiant-e-s dans de nouvelles salles de visioconférence. Il est demandé aux étudiant-e-s d'imaginer une manière d'organiser une mise en commun autrement que par rapporteurs successifs. Pour ce faire, chacun-e télécharge le document PDF ci-dessous qui contient les productions des élèves de l'ECGF ayant résolu un cas sur la formation des contrats; les 6 productions sont d'une certaine importance et on suppose qu'ils proviennent de 6 groupes d'élèves de la classe. Comment organiser une mise en commun ne trainant pas en longueur, évitant les redondances et étant la moins ennuyeuse possible pour les élèves ? Chaque groupe désigne un scribe qui télécharge et imprime le document de travail ci-dessous; le scribe rédige la proposition du groupe (des schémas peuvent être dessinés pour mieux expliquer l'organisation proposée !) et prend une photo du document une fois rempli; le scribe dépose ensuite cette photo sur le padlet du cours à l'adresse suivante : https://padlet.com/guillaume_roduit/mziqme0iv2dhzzqp. Une fois le document du groupe déposé sur le padlet, les étudiant-e-s peuvent prendre une pause bien méritée.

    La dernière partie de la séance débute à 15h45 par une visioconférence en plénière toujours à la même adresse : https://zoom.us/j/94263064832.  Durant cette plénière, les différents groupes de l'activité précédente présentent leurs proposition de mise en commun; ces productions se trouvent dans le document PDF ci-dessous. Des éléments théoriques sont également apportés concernant l'organisation des mises en commun; ces éléments se trouvent dans les 4 dernières pages du document sur le travail de groupe ci-dessous.

    Ensuite, quelques éléments théoriques sont donnés sur les sources des obligations et sur le dispositif didactique particulier de la situation-problème. Un petit dossier sur l'enseignement par le problème est disponible ci-dessous; ce document reprend les différentes explications données lors des deux dernières séances et présente la situation-problème.

    Pour terminer, une dernière activité devait être proposée afin de se familiariser avec ce dispositif didactique complexe : en reprenant les différentes étapes d'une situation-problème, chacun aurait été invité à donner quelques pistes pour créer une situation-problème à propos des sources des obligations ou de la formation des contrats. Les étudiant-e-s aurait dû se rendre sur la page suivante pour proposer quelques idées : MSDRO31_Situation-Problème_ObligationsContrats. Par manque de temps cette activité n'a pas été faite, mais l'exemple évoqué (cf. le dernier document PDF ci-dessous) sera repris lors de la prochaine séance.

    Files: 7
  • Séance 10, le 27 novembre 2020

     

    Cette séance consiste en un deuxième travail à distance.

    Durant cette séance, les étudiant-e-s développent l’une des consignes rédigées lors du premier travail à distance, ou en invente une nouvelle, de manière à ce que l’activité porte sur la résolution d’un problème juridique en groupes d’élèves.

    Pour ce faire, les étudiant-e-s choisissent un thème juridique; ils déterminent et expliquent le/les concept/s juridique/s travaillé/s; ils imaginent les représentations des élèves à propos de ce/ces dernier/s; ils rédigent le problème juridique tel que soumis aux élèves; puis, ils décrivent brièvement l’organisation et le déroulement du travail de groupe permettant la résolution du problème posé.

    Les étudiant-e-s rédigent leur projet dans le canevas proposé ci-dessous. Ils se rendent ensuite dans l'atelier ci-dessous et effectuent les manipulations suivantes : ils donnent un titre (en mentionnant leur nom de famille), ils "copient/collent" leur projet dans l'espace "contenu du travail remis" et déposent également le document DOC/PDF dans l'annexe disponible. Le dépôt du document doit impérativement se faire avant 15h00 le vendredi 27 novembre.

    Les étudiant-e-s prennent ensuite (dès 15:30, le vendredi 27 novembre) connaissance des travaux de leurs collègues qui leur ont été attribués sur l'atelier et les évaluent selon les critères donnés, dans le même espace atelier avant 20h00 le lundi 30 novembre. Les critères de cette évaluation sont présentés dans la grille ci-dessous, mais l'évaluation de votre collègue se fait en ligne dans l'atelier (la grille d'évaluation est disponible ci-dessous à titre informatif) !

    Dès le mardi 1er décembre, chacun peut prendre connaissance des évaluations de son travail par ses collègues en se rendant dans l'atelier ci-dessous (en cliquant sur le titre de votre travail, les commentaires s'affichent à la suite du travail que vous avez déposé).

    Vous pourrez également prendre connaissance de tous les projets de  vos collègues en les téléchargeant dans le dossier ci-dessous (qui sera mis en ligne dès la réception de tous les documents) !

    (N'oubliez pas que pour déposer son analyse, évaluer le  travail d'un pair, déposer des documents et écrire dans l'atelier, il est nécessaire de se connecter comme utilisateur !)


    Files: 2
  • Séance 11, le 4 décembre 2020

      

    Cette séance, sur le thème juridique de la formation des contrats, est consacrée au développement de compétences spécifiques en droit.

    Pour débuter cette séance, les étudiant-e-s sont invité-e-s à prendre connaissance des informations théoriques à propos de quelques généralités sur le droit des contrats et à propos de la notion de compétence. Deux capsules vidéos sont disponibles aux adresses suivantes : https://tube.switch.ch/videos/80f05523 et https://tube.switch.ch/videos/4546a398. Un document théorique résumant la définition de la notion de compétence par Philippe Jonnaert est disponible ci-dessous, ainsi que les diapositives commentées dans les vidéos.

    Ensuite, une activité sera proposée aux étudiant-e-s à partir du fameux arrêt de la bague. Une présentation de l'arrêt de la bague est disponible ci-dessous, parcourez déjà ce document. Les consignes de l'activité en groupe seront données lors de la séance, lors de la visioconférence en plénière.

    Après avoir pris connaissance des éléments ci-dessus, les étudiant-e-s rejoignent une visioconférence à 14h00 en plénière. Le lien pour la visioconférence est celui-ci : https://zoom.us/j/93655243262. Durant cette visioconférence, un retour sera fait à propos du deuxième travail à distance effectué lors de la séance précédente; quelques indications seront données pour l'examen du 8 janvier, mais une séance spéciale sera consacrée à ce dernier le 18 décembre (cf. les diapositives présentées disponibles en PDF ci-dessous).

    Une réflexion en groupe est ensuite proposée afin de se familiariser avec la notion de compétence dans l'enseignement du droit. Des groupes sont formés aléatoirement dans zoom et chacun rejoint une nouvelle salle de conférence. Chaque groupe complète de manière collaborative un "Document Word d'Office 365" en cliquant ci-dessous sur le document correspondant à la salle de son groupe. Le travail demandé consiste à formuler deux compétences juridiques que l'on pourrait exercer avec nos élèves à partir d'activité utilisant l'arrêt de la bague. La consigne détaillée de l'exercice se trouve dans le document à remplir.

    Ce travail de groupe devrait se terminer aux alentours de 15h00. Ensuite, chacun-e prend une pause bien méritée !

    A 15h30, une nouvelle séance plénière en visioconférence est prévue (le lien est toujours le même :  https://zoom.us/j/93655243262). Lors de cette visioconférence, les propositions des différents groupes sont discutées, puis d'autres propositions de compétences juridiques sont présentées. Quelques informations supplémentaires sont ensuite données afin de mettre en oeuvre l'enseignement du droit par compétences (cf. les diapositives présentées disponibles en PDF ci-dessous). Il s'agit notamment de comprendre le dernier élément de la définition d'une compétence et de déterminer les familles de tâches complexes que l'on peut imaginer dans l'enseignement du droit.

    Pour terminer la séance, les étudiant-e-s sont invité-e-s à faire une réflexion personnelle et en remplissant un formulaire en cliquant sur le lien suivant : Forms_FamillesTâchesComples_Droit. Il s'agit d'associer à quelques compétences juridiques que l'on peut développer chez nos élèves des familles de tâches complexes que l'on peut mettre en oeuvre dans l'enseignement du droit. Cette dernière activité permettra de lancer la séance suivante où l'on verra comment planifier un enseignement dans la logique des compétences...

    Files: 6
  • Séance 12, le 11 décembre 2020

     

    Cette séance est consacrée à la planification selon la logique de l'enseignement par compétences, puis à la critique de cette logique.

    Pour débuter cette séance, les étudiant-e-s reviennent sur la dernière tâche de la séance précédente qui n'avait pas pu être réalisée faute de temps. Il s'agit d'une réflexion personnelle où l'on répond à un formulaire en cliquant sur le lien suivant : Forms_FamillesTâchesComplexes_Droit. Les étudiant-e-s associent des familles de tâches complexes que l'on peut mettre en oeuvre dans l'enseignement du droit à quelques compétences juridiques que l'on peut développer chez nos élèves. Dans les diapositives de la séance précédente, une liste de tâches complexes avait été montrée (cf. le document PDF ci-dessous); il est donc facile de reprendre cette liste pour compléter le formulaire...

    Pour poursuivre cette séance, les étudiant-e-s sont invités à regarder une petite vidéo qui passe en revue les différentes étapes de ce premier module de didactique du droit. Le but de cette présentation prezi est de mettre en évidence la logique de la structure de ce module (une sorte de phase métacognitive finale...), tout en présentant la manière de planifier son enseignement de façon "traditionnelle", puis selon la logique des compétences. La présentation "prezi" peut être vue à la page: https://prezi.com/v/ug2o5pat9ei2/msdro31-planification-et-competences-2020/. (la présentation sans les commentaires peut être vue ici : https://prezi.com/view/GWOaygspHAs8ZdRqeMsz/).

    Ensuite, nous nous retrouvons à 14h00 en plénière pour une visioconférence; pour rejoindre cette visioconférence, vous cliquez sur le lien suivant : https://zoom.us/j/95221891458Durant cette plénière, nous revenons sur la logique de l'enseignement par compétences en répondant aux questions des étudiant-e-s et en l'illustrant par quelques plans d'études exigeant un enseignement selon cette logique (cf. la suite du prezi présenté précédemment et disponible à l'adresse suivante : https://prezi.com/view/GWOaygspHAs8ZdRqeMsz/).

    Une fois cette manière de concevoir l'enseignement bien comprise, il s'agit encore de la mettre en oeuvre concrètement dans nos cours. Une réflexion en groupes est alors proposée afin d'élaborer une planification annuelle d'un cours de droit selon cette logique. Chaque étudiant-e est réparti dans une nouvelle salle de visioconférence et chacune de ces salles forme un groupe. Chaque groupe complète, de manière collaborative, la planification annuelle selon le canevas se trouvant dans le document ci-dessous.

    1. Salle de visioconférence 1 du groupe 1 : Planification du groupe 1
    2. Salle de visioconférence 2 du groupe 2 : Planification du groupe 2
    3. Salle de visioconférence 3 du groupe 3 : Planification du groupe 3
    4. Salle de visioconférence 4 du groupe 4 : Planification du groupe 4

     

    Après le travail de groupe, les étudiant-e-s font une pause. A 15h30, nous nous retrouvons une dernière fois en plénière, avec la même visioconférence que précédemment (avec le même lien suivant : https://zoom.us/j/95221891458). Une discussion a lieu alors sur les propositions de planification des différents groupes (cf. les liens ci-dessus et le document PDF ci-dessous). Des questions et des critiques vis-à-vis de cette manière d'enseigner vont certainement arriver...

    Pour terminer, il s'agit de rester lucide à propos de l'enseignement par compétences et de comprendre les principales critiques que l'on peut faire à son encontre. Les étudiant-e-s sont invités à énumérer les lacunes, les faiblesses, les inconnues et leurs doutes vis-à-vis de cette logique : pour ce faire, des post-it sont rédigés et déposés sur un padlet à la page suivante : Padlet_CritiquesCompétences.  La séance se termine par un résumé des principales critiques à l'encontre de l'enseignement par compétences, tout en rappelant que c'est bien cet enseignement que les plans d'études officiels nous demandent de mettre en oeuvre dans nos classes (cf. les diapositives de la séance ci-dessous en PDF)...

    Enfin, soulignons que le travail des compétences n'est pas forcément l'apanage des modèles constructivistes ou socioconstructivistes. Depuis quelques années, l'enseignement dit "explicite" est mis à l'honneur avec notamment des auteurs comme John Hattie (et son best-seller "Visible Learning for Teachers", traduit en français dans L'apprentissage visible pour les enseignants, Québec, Presses de l'Université du Québec, 2017) ou Clermont Gauthier (Gauthier C., Bissonnette S., Castonguay M., L'enseignement explicite des comportements. Pour une gestion efficace des élèves en classe et dans l'école, Montréal, Chenelière Éducation, 2016). Dans un article récent, Gauthier a montré les liens importants entre l'enseignement explicite et l'enseignement par compétences (Bocquillon, M., Gauthier, C., Bissonnette, S. et Derobertmasure, A. (2020). Enseignement explicite et développement de compétences : antinomie ou nécessité ?, Formation et profession, 28(2), pp. 3-18. http://dx.doi.org/10.18162/fp.2020.513; disponible en PDF ci-dessous). 

    Files: 4
  • Séance 13, le 18 décembre 2020


    Cette séance consiste en un atelier sur l'examen de certification et à une évaluation du module par les étudiant-e-s.

    Concernant les questions que vous aimeriez poser à propos de l'examen du 8 janvier, vous pouvez tout d'abord les envoyer en utilisant le forum ci-dessous. 
    Ensuite, pour toutes celles et ceux qui le souhaitent, une visioconférence débute à 14h00 afin d'obtenir des réponses "en live". Pour rejoindre cette visioconférence, vous pouvez cliquez sur le lien suivant : https://zoom.us/j/93927124897.

    Pour terminer ce module, les étudiant-e-s sont invité-e-s à prendre quelques minutes pour répondre à un questionnaire d'évaluation de cours. Ce questionnaire est anonyme (pas besoin donc d'entrer votre nom ou prénom) et disponible à l'adresse suivante : Questionnaire_Evaluation_MSDRO31_A20. Merci dans tous les cas de vos remarques constructives qui permettront d'améliorer ce module !


    Forum: 1
  • Examen de certification

     

    La réalisation des travaux à distance – soit la réalisation de ces derniers dans les délais indiqués, en respectant les consignes données – comptent pour 10% de la note de certification.

    Pour le 90% restant, la certification du module consiste en un examen écrit de 3 heures. Cet examen aura lieu à la HEP de Lausanne

    le vendredi 8 janvier 2021, de 14h15 à 17h15, en salle B21-313 (bâtiment au sud-ouest du bâtiment principal !)


    L’examen consiste à l’analyse et la critique d’un dispositif didactique visant le développement de compétences juridiques.

    Les critères d’évaluation retenus pour cet examen ont été remis dans un document annexé aux conditions cadre du module distribuées lors de la première séance; ce document est également disponible ci-dessous.

    Lors de l'examen, les étudiant-e-s peuvent consulter tout le matériel de cours et toute documentation jugée utile.

    Le thème juridique du dispositif didactique analysé lors de l'examen est celui des droits fondamentaux. Pour préparer la matière juridique de cet examen, nous recommandons tout d'abord la lecture du paragraphe 6 du chapitre II du manuel "Introduction au droit suisse" (anciennement intitulé "Droit pour le lycéen") édité en 2020 par le professeur Christophe Müller à la Faculté de droit de l'Université de Neuchâtel. L'ouvrage de référence plus complet, mais restant abordable, est le deuxième volume de l'abrégé du professeur Pascal Mahon consacré au droit constitutionnel (Droit constitutionnel; Droits fondamentaux, Bâle, Helbing Lichtenhahn, 2015). D'autres références ont été données lors de la cinquième séance de ce module consacrée à ce thème juridique (cf. https://www.gaius.ch/course/view.php?id=48&section=5).

    Merci de respecter les mesures sanitaires de la HEP durant votre présence sur le site; ces mesures se trouvent icic : http://www.hepl.ch/cms/accueil/actualites-et-agenda/actu-hep/coronavirus-mesures-hep-vaud.html.
     
    Pour terminer ce module, les étudiant-e-s sont invité-e-s à prendre quelques minutes pour répondre à un questionnaire d'évaluation de cours. Ce questionnaire est anonyme (pas besoin donc d'entrer votre nom ou prénom) et disponible à l'adresse suivante : Questionnaire_Evaluation_MSDRO31_A20. Merci dans tous les cas de vos remarques constructives qui permettront d'améliorer ce module !

    File: 1