Aperçu des sections

  • Les finalités de l'enseignement du droit

    Enseigner le droit peut paraître facile à première vue : il suffit de prendre un manuel ou un texte de loi, puis de lire et expliquer ce qu'on y trouve… Il semble toutefois plus judicieux de réfléchir tout d'abord au droit que l'on veut ou que l'on doit enseigner. Dans ce sens, les plans d'études officiels donnent les premières informations quant aux finalités de cet enseignement.

    On peut pourtant approfondir la réflexion, comme le fait François Robert dans un excellent petit livre dont la lecture est éclairante : Enseigner le droit à l’école, Issy-les-Moulineaux, ESF, 1999. De ce même auteur, il est aussi possible de lire une des rares thèses de doctorat en didactique du droit (disponible à l'adresse: http://www.f-robert.com/fr/TextesPublications.html).

    Dans les deux documents PDF ci-dessous, on trouve quelques réflexions sur le droit que l'on enseigne ou devrait enseigner à l'école secondaire. La réflexion se base tout d'abord sur la notion de matrice disciplinaire, puis sur les différentes écoles juridiques qui sont apparues dans l'histoire.

  • Les objectifs et les consignes

    Il existe une multitude d'ouvrages traitant de la formulation des objectifs dans le domaine de l'éducation. Certains sont devenus des références en la matière (par exemple : De Landsheere G, De Landsheere V., Définir les objectifs de l’éducation, Paris, PUF; Mager R. F., Comment définir les objectifs pédagogiques, Paris, Dunod; Hameline D., Les objectifs pédagogiques en formation initiale et continue, Paris, ESF). Le document PDF ci-dessous rappelle en 3 pages les éléments principaux à retenir.

    Après la formulation des objectifs, il s'agit de rédiger des consignes de manière pertinente. Voici une page Internet intéressante pour apprendre à rédiger des consignes efficaces: http://www.oasisfle.com/documents/consigne_en_apprentissage.htm.

  • La taxonomie

    Pour classer et catégoriser les divers objectifs et les nombreuses tâches données aux élèves, on utilise de multiples taxonomies, la plus célèbre étant celle de Bloom. Le court document PDF ci-dessous - tiré et adapté de BEER M. (dir.), Tous capables au collège en histoire géographie (mis en ligne à l’adresse : http://www.crdp.ac- caen.fr/documents/capables.pdf, consulté le 11.10.2012) - rappelle les éléments principaux concernant cette notion de taxonomie et son utilité pour l'enseignement du droit.

  • L'enseignement du droit par le problème

    Le droit n'existe que pour résoudre des conflits. De par la nature même du droit, il est donc logique que son enseignement repose sur la résolution de problème. La valeur pédagogique de l'enseignement par problème - amplement démontrée dans toutes les didactiques - ne peut qu'être renforcée dans notre discipline.

    Pour problématiser l'enseignement du droit, il est d'abord nécessaire de déterminer les concepts juridiques que l'on veut travailler avec nos élèves. Ces derniers n'ont évidemment pas la tête vide et il est pertinent de faire émerger leurs représentations des concepts à enseigner. Le premier document PDF ci-dessous présente en quelques pages l'importance des représentations des élèves dans l'enseignement du droit.

    Une fois les concepts juridiques et les représentations des élèves identifiés, l'enseignement du droit peut alors être problématisé. Le deuxième document PDF ci-dessous présente quelques éléments théoriques à propose de cette problématisation, notamment en proposant diverses étapes pour des dispositifs d'enseignement basés sur la résolution de problème.

  • La résolution de cas en droit

    Dans la suite logique de l'enseignement par problème, il faut reconnaître que la résolution de cas est une activité récurrente dans l'enseignement du droit.

    Au-delà d'un simple exercice d'application, cette activité permet surtout d'initier les élèves au raisonnement juridique. Dans ce sens, il est indispensable de respecter les étapes d'un raisonnement rigoureux avant de donner une solution. Le document ci-dessous présente une démarche de résolution en 6 étapes basée sur le syllogisme juridique. Un exemple en droit des personnes illustre ensuite la méthode proposée.

    Dans ce dossier, plusieurs pistes sont ensuite proposées pour travailler avec les élèves chacune des différentes étapes de la démarche de résolution de cas en droit.

    Pour aller plus loin dans cette démarche de résolution, un polycopié portant sur la résolution de cas en droit a été réalisé à l'initiative de la file "économie-droit" des gymnases vaudois. Après une petite partie théorique, plusieurs exemples de résolutions de cas en droit sont proposés et portent sur les principaux contrats étudiés au secondaire II. Ce polycopié, disponible en format PDF ci-dessous, est proposé en "version enseignant" avec le corrigé et en "version élèves". 

  • Le travail de groupe

    Le travail de groupe a pris une importance considérable dans l'enseignement en général et dans celui du droit en particulier. La littérature à ce propos est pléthorique.

    En reprenant quelques éléments essentiels (tirés principalement des ouvrages suivants : Barlow M., Le travail en groupes des élèves, Paris, A. Colin; Elizabeth G. Cohen E. G., Le travail de groupe. Stratégies d’enseignement pour la classe hétérogène, Montréal, La Chenelière; De Vecchi G., Un projet pour… enseigner le travail de groupe, Paris, Delagrave) le document PDF ci-dessous résume les enjeux du travail de groupe et donne quelques pistes pour que celui-ci fonctionne correctement en classe, de la formation des groupes à la mise en commun.

  • La notion de compétence

    La notion de compétence est devenue centrale dans l'enseignement actuel. Il ne s'agit plus de répondre à la question "qu'est-ce qu'on enseigne ?" et d'établir une liste de contenus, mais aussi de pouvoir donner une réponse claire à la question plus complexe "on enseigne pour faire quoi ?". En d'autres termes, la logique des compétences nous pousse à mieux expliquer à quoi sert notre enseignement et à déterminer ce que les élèves doivent réellement maîtriser à la fin de celui-ci. Au-delà de la connaissance de simples savoirs déclaratifs ou de l'application routinière de savoir-faire, les élèves devraient ainsi maîtriser de réelles compétences disciplinaires.

    Le premier document PDF ci-dessous rappelle en deux pages ce que signifie la notion de compétence.