Aperçu des sections

  • Généralités

     

    Ce cours est donné au semestre d'automne 2018 à la HEP-Vaud dans le cadre des didactiques romandes (DidRo).

    Il constitue le premier module de formation initiale pour les futurs enseignants de droit du secondaire II.

    Les séances débutent à 13h30 et se terminent à 16h45 (avec une pause de 15 minutes).

    Toutes les séances ont lieu à la HEP de Lausanne, en salle C33-812. Le planning officiel des séances du module peut être téléchargé ci-dessous (Attention, lors de la première séance, il a été décidé d'avancer le début du cours à 13h30 au lieu de 14h15 !).

    Pour des questions de droits d'auteur, les étudiants doivent se connecter en s'identifiant pour avoir accès à tous les documents mis à disposition sur cette page !

    • nom d’utilisateur : votre nom de famille en minuscule, sans accent, avec trait d'union si nécessaire
    • mot de passe : DidRo2018-2019

    N'oubliez donc pas de vous connecter, sinon des fichiers et des dossiers n'apparaîtront même pas !

  • Séance du 21 septembre

     

    Cette première séance est consacrée tout d'abord à la présentation du module, puis à la définition du droit comme discipline scolaire.

    Les conditions cadre du module contiennent les indications concernant la description générale du module (structure du module, compétences travaillées et niveaux de maîtrise attendus, bibliographie), la planification des séances (dates, salle, horaire, liste des thématiques disciplinaires et didactiques abordées), les exigences pour la certification et les coordonnées du formateur. La grille d'évaluation du dossier de certification est également jointe aux conditions cadre du module. Les documents cités peuvent être téléchargés ci-dessous.

    Dans un premier diaporama (cf. les diapositives de la séance ci-dessous), il est rappelé pourquoi il est nécessaire d'enseigner le droit à l'école. Un renvoi est fait aux différents plans d'études officiels afin de prendre connaissance des finalités de cet enseignement.

    En réfléchissant à la notion même de droit, il est ensuite proposé d'étudier les différents éléments qui composent cette discipline scolaire (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Il s'agit notamment d'identifier la matrice disciplinaire du droit que l'on peut, doit ou devrait enseigner. Sur la base de l'analyse de quelques plans d'études, les étudiants déterminent quel(s) type(s) de "droit" les injonctions officielles nous imposent d'enseigner (cf. les documents PDF produits par les étudiants ci-dessous).

    La séance se termine par quelques constats sur les différentes manières d'aborder le droit dans écoles du secondaire. Cette question est reprise au début de la séance suivante en présentant quelques écoles juridiques.

  • Séance du 28 septembre (matin et après-midi)

     

    Comme convenu avec la didactique de l'économie, cette séance débute à 8h15 à la salle de cours habituelle de la HEP !

    Après un retour sur la notion de matrice disciplinaire en droit et sur les différentes écoles juridiques, cette séance, sur le thème juridique des sources du droit, est consacrée à la notion de transposition didactique en droit.

    La séance débute donc par un retour sur la notion de matrice disciplinaire en droit et la présentation des courants juridiques principaux pouvant orienter l'enseignement du droit (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Le livre de François Robert, Enseigner le droit à l'école (ESF, 1999), développe cette thématique de manière plus approfondie (les lecteurs les plus courageux pourront même se référer à la thèse de doctorat de cet auteur, disponible sur son site : http://www.f-robert.com/fr/TextesPublications.html). Un petit texte (cf. PDF ci-dessous) présente également une réflexion sur les différentes manières d'envisager le droit dans l'enseignement au secondaire.

    Pour illustrer la présence des différentes écoles juridiques dans la manière de concevoir le droit, une activité est proposée en utilisant les définitions spontanées des élèves sur la notion de droit. Les étudiants reçoivent 5 pages A4 contenant chacune 8 définitions du droit données par des élèves de l'ECGF. Une premier travail consiste à repérer les liens entre ces définitions et les écoles juridiques; un constat s'impose (ce qui a bien été démontré par l'un des groupes d'étudiants au cours de la séance) : toutes les écoles juridiques peuvent être retrouvées dans la manière des élèves de définir le droit ! Ensuite, il est demandé à chaque groupe d'étudiants de proposer un petit scénario didactique pour exploiter ces définitions en classe; trois propositions peuvent être consultées dans le fichier PDF ci-dessous.

    La dernière partie de la matinée consiste à faire une recherche sur Internet pour déterminer les sites ou pages indispensables pour l'enseignement du droit au secondaire, le but de la démarche étant de connaître les différentes possibilités d'accéder par Internet aux savoirs savants et aux pratiques sociales de référence en droit. Il est demandé aux étudiants d'adopter une vision du droit qui dépasse une conception purement positiviste (il ne s'agit donc pas de se contenter du Recueil systématique !). Les étudiants téléchargent le document de consigne ci-dessous et remplissent le tableau contenu dans ce document en mentionnant le plus de références Internet possibles sur le thème qu'ils aborderont lors de leur dossier de certification. Pour les étudiants qui désirent partager le fruit de leurs recherches, leurs propositions sont ensuite déposées sur ce site et disponibles dans le dossier ci-dessous. Les propositions des étudiants permettront d'alimenter la webographie disponible sur ce site à la page suivante : quelques sites utiles

    L'après-midii, la séance se poursuit sur le thème de la transposition didactique. Elle commence avec une présentation théorique de la notion de transposition didactique et ses implications pour le droit (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Au-delà de la théorie, il s'agit de voir concrètement les effets de la transposition didactique en droit. Il est ainsi proposé d'analyser la présentation du thème des sources du droit. Les étudiants réalisent une activité consistant à comparer le savoir savant issu d'extraits d'ouvrages juridiques avec le savoir à enseigner extrait de quelques manuels scolaires (cf. les documents PDF ci-dessous reprenant les divers extraits proposés et les constats des étudiants). Cette activité met en évidence les diverses transformations du savoir lors du passage entre deux étapes de la chaîne de la transposition didactique.

    Cette prise de conscience devrait permettre aux enseignants de mieux utiliser les manuels scolaires en fonction des savoirs scientifiques de référence (cf. les dernières diapositives de la séance) !

    • Séance du 5 octobre

       

      Cette séance, sur le thème juridique des grands domaines du droit, est consacrée à la formulation des objectifs pédagogiques et des consignes.

      La séance débute par des informations à propos du contenu disciplinaire nécessaire pour élaborer une séquence d'enseignement sur les grands domaines du droit (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Outre les manuels scolaires généralement très brefs sur ce thème juridique, l'ouvrage de référence est sans doute celui de LE ROY Y. et SCHOENENBERGER M.-B., Introduction générale au droit suisse, Schulthess, 2015. Le Que-sais-je ? sur le droit (FABRE-MAGNAN M., Introduction au droit, PUF, 2016) permet aussi une bonne révision...

      Une première activité est ensuite demandée aux étudiants : écrire simplement la consigne d'un exercice sur un thème concernant les domaines du droit. Ensuite, chaque exercice imaginé est réalisé par un collègue. Les consignes proposées par les étudiants se trouvent dans le fichier PDF ci-dessous. Ces consignes sont mises de côté et l'on y reviendra dans la suite de la séance.

      Quelques éléments théoriques sont alors apportés à propos des différents types d'objectifs que l'on utilise dans l'enseignement (cf. le document théorique en PDF ci-dessous). Les étudiants réalisent un premier travail en groupes : rédiger des objectifs généraux possibles pour une leçon sur les grands domaines du droit, puis des objectifs spécifiques et spécifiques en lien avec ces objectifs généraux (cf. les propositions des étudiants dans le document PDF ci-dessous).

      Une fois les objectifs spécifiques et opérationnels formulés de manière correcte, la rédaction des consignes des activités données aux élèves sera plus aisée. Un document théorique concernant la formulation des consignes est également distribué; on y explique notamment le lien entre les objectifs spécifiques et opérationnels et les consignes (cf. le document PDF ci-dessous). Les étudiants sont alors priés d'analyser leur consigne en observant les réponses données par leur collègue, en les comparant aux réponses espérées et en vérifiant si une formulation spécifique et opérationnelle avait été faite.

      Pour faciliter la recherche des objectifs (et pour donner quelques pistes d'activités possibles en classe à propos des grands domaines du droit), un troisième travail est proposé aux étudiants : à partir de 4 activités données à des élèves du secondaire II et des productions de ces derniers (cf. les documents PDF dans le dossier ci-dessous), il s'agit d'imaginer et rédiger les objectifs spécifiques et opérationnels, ainsi que les objectifs généraux, de ces leçons. Les transparents des étudiants (cf. le document PDF ci-dessous) illustrent la formulation des objectifs (en particulier les objectifs spécifiques et opérationnels qui se formulent en décrivant simplement les productions des élèves...). 

      Une fois les objectifs identifiés et les consignes rédigées, l'enseignement prévu peut être décrit en fonction des différents modèles d'enseignement; ceux-ci seront vus et présentés en détails lors d'une prochaine séance.

      • Séance du 12 octobre

         

        Cette séance, sur le thème juridique des droits fondamentaux, est consacrée à l'évaluation des activités proposées dans l'enseignement du droit.

        Les étudiants sont tout d'abord invités à s'exprimer sur les critères d'une bonne leçon de droit (cf. document PDF ci-dessous). Cette liste est importante dans la mesure où les étudiants devront être désormais cohérents dans leur enseignement et appliquer aussi leurs propres critères de qualité...

        La séance se poursuit par une partie théorique présentant les informations de base concernant les droits fondamentaux (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Concernant cette matière juridique, les étudiants trouveront les informations scientifiques utiles notamment dans l'ouvrage de Pascal Mahon, Droit constitutionnel II, Droits fondamentaux, publié à Neuchâtel par la faculté de droit en 2014 (manuel clair et suffisant pour l'enseignement de cette matière au secondaire, d'environ 200 pages). D'autres ouvrages plus complets peuvent également être cités : Auer A, Droit constitutionnel suisse II, les droits fondamentaux, Stämpfli, 2006; Müller J.-P., Eléments pour théorie suisse des droits fondamentaux, Stämpfli, 1983; ou encore les commentaires des articles 7 à 36 de l'ouvrage de Aubert J.-F., Mahon P., Petit Commentaire de la Constitution fédérale de la Confédération Suisse, Schulthess, 2003.

        Ensuite, quelques exemples de consignes d'activités portant sur les droits fondamentaux sont distribués (cf. document PDF ci-dessous). Il est simplement demandé aux étudiants de les classer du plus pertinent au moins intéressant. Un petit classement commun est alors établi (cf. les diapositives de la séance) et, comme prévu, touours les mêmes activités sont considérées comme les meilleures... Il s’agit donc de comprendre pourquoi ce sont toujours les mêmes activités qui se trouvent aux premières places et les mêmes en dernière positions !

        Pour obtenir d'autres exemples de dispositifs sur les droits fondamentaux, divers manuels peuvent être consultés, notamment : le manuel Repères; Manuel pour la pratique de l'éducation aux droits de l'homme avec les jeunes, du Conseil de l'Europe (disponible sur Internet à la page http://www.eycb.coe.int/compasito/fr/), ou le manuel L'éducation aux droits de l'Homme; comprendre pour agir ensemble, de l'Organisation internationale de la francophonie (disponible sur Internet à la page http://www.francophonie.org/L-Education-aux-droits-de-l-Homme.html). Vous pouvez également consulter le site suivant proposant des activités pour tous les niveaux de la scolarité obligatoire : http://www.education21.ch/fr/l-edd/education-a-la-citoyennete-mondiale.

        La suite de la séance est consacrée à la présentation (ou au rappel) d'un outil permettant d'évaluer la pertinence des activités en fonction des opérations intellectuelles faites par les élèves : la taxonomie. Un bref document théorique est distribué et quelques diapositives sont également montrées pour souligner quelques aspects de cette théorie (cf. les documents PDF ci-dessous). Un retour sur le classement des exemples d'activités précédemment établi est ensuite proposé. Un constat clair s'impose : les activités préférées sont toutes d'un haut niveau taxonomique et leurs consignes sont formulées de manière spécifique et opérationnelle...

        Une réflexion est ensuite menée à partir de l'une des consignes d'activité des exemples donnés (faire rédiger quelques droits fondamentaux d'une nouvelle Constitution) pour montrer comment on peut remonter jusqu'aux valeurs qui fondent notre Etat en travaillant les droits fondamentaux. Un exemple d'une séquence testée à l'Ecole de Culture Générale de Fribourg est présentée et discutée (cf. le document PDF ci-dessous contenant les consignes et les productions des élèves).

        Pour aborder en classe de droit les sujets d'actualité polémiques en lien avec les droits fondamentaux, il est nécessaire de prendre l'attitude du juriste. Il est donc d'abord important de comprendre le système expliquant la restriction des droits fondamentaux (le système de l'article 36 de notre Constitution) : on peut illustrer ce système avec le cas de la liberté d'expression ou la liberté de croyance dans le cadre scolaire (cf. les diapositives de la séance ci-dessous).

        Pour terminer la séance, une réflexion collective est faite pour voir comment on peut, à partir d'une consigne, transformer la même activité pour que l'on travaille tous les niveaux taxonomiques.

      • Séance du 26 octobre

         

        Cette séance consiste en un premier travail à distance.

        Le premier travail à distance se fait en utilisant des « Ateliers » créés ci-dessous. Chacun intervient uniquement dans l’atelier où figure son nom.

        Pour lire les discussions et écrire dans l’atelier qui vous est attribué, il est nécessaire de se connecter comme utilisateur !

        • nom d’utilisateur : votre nom de famille en minuscule (sans accent, avec trait d'union si nécessaire)
        • mot de passe : DidRo2018-2019

        Le travail à distance se fait en trois étapes distinctes.


        1) Les étudiant-e-s doivent déposer leur production, dans l’atelier qui contient leur nom, trois objectifs spécifiques et opérationnels, ainsi que trois consignes d'activité en lien avec ces objectifs. Ceux-ci doivent être déposés au plus tard le 26 octobre 2018 à 15h30 !

        • Ces objectifs et ces consignes respectent une formulation spécifique et opérationnelle.
        • Les consignes sont de trois niveaux taxonomiques différents (ceux-ci ne sont pas nommés par les auteurs, mais seront déterminés par leurs collègues !).
        • Les activités portent sur un thème juridique mentionné dans les plans d'études du secondaire II (choisissez un thème que vous enseignerez et qui sera celui de votre dossier de certification, ce sera tout ça de fait...).

        Après avoir rédigé ces objectifs et ces consignes dans un document DOC, vous déposez ce document dans vos ateliers respectifs ci-dessous en effectuant un copier-coller dans la case « Contenu du travail » (ou avec la fonction « Annexes » ).

        2) Les étudiant-e-s doivent rédiger de brefs commentaires concernant tous les objectifs et les consignes des collègues de leur atelier. Ces commentaires doivent être rédigés dans l’atelier adéquat dès la mise en ligne des objectifs et des consignes, et ce jusqu'au mardi 30 octobre 2018 à 23h00 !

        • Chaque commentaire porte d'abord sur la formulation (de manière spécifique et opérationnelle) correcte ou non des objectifs et des consignes.
        • Chaque commentaire évalue la pertinence des activités proposées en justifiant en quelques mots l’évaluation proposée et en déterminant les niveaux taxonomiques de ces activités

        3) Dès le mercredi 31 octobre, les étudiants prennent connaissance des commentaires de leurs collègues à propos de leurs productions.

        Un problème informatique ne dispense pas les étudiants d'effectuer le travail à distance : il y a toujours la possibilité d'envoyer les documents demandés par mail au formateur (guillaume.roduit@hepl.ch) !

        • Séance du 2 novembre

           

          Cette séance, sur le thème des raisonnements juridiques, est consacrée à la maîtrise des savoir-faire de base en droit.

          Cette séance, sur le thème des raisonnements juridiques, est consacrée à la maîtrise des savoir-faire de base en droit.

          La séance débute par une introduction aux raisonnements juridiques (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). En regardant de plus près ce que font les juristes, plusieurs constats peuvent être posés quant à l'enseignement de la pensée juridique. Il est notamment demandé aux étudiants de dresser la liste des savoir-faire en droit que nos élèves devraient maîtriser afin de se rapprocher du travail des juristes (cf. le document PDF ci-dessous), et ainsi s'initier à la pensée juridique à proprement parler.

          La séance se poursuit par une réflexion sur des pistes d'activités permettant aux élèves de se familiariser avec les principaux savoir-faire en droit. A partir d'explications théoriques concernant les différents savoir-faire sélectionnés (cf. document PDF ci-dessous contenant la consigne de l'activité), les étudiants présentent quelques propositions d'activités pour compléter ce document, première ébauche d'une méthodologie en droit (cf. document PDF ci-dessous). 

          Pour mieux appréhender la pensée juridique, il est proposé ensuite de réfléchir aux principaux raisonnements juridiques utilisés par les juges suisses pour trancher une affaire. Un accent particulier est mis sur la démarche du syllogisme juridique. Des extraits d'arrêts sélectionnés par la Prof. D. Manaï (cf. son ouvrage : Clé pour une introduction au droit, Berne, Stämpfli, 2012) sont distribués pour illustrer les trois principaux raisonnements utilisés par les juges dans notre pays. Les étudiants sont invités à lire le premier de ces arrêts et à retrouver les diverses étapes de la démarche de résolution d'un cas selon la logique syllogistique. La même démarche pourra être entreprise avec les extraits des arrêts suivants qui portent sur les raisonnements par pesée d'intérêts ou par analogie.

          Les références sur les raisonnements juridiques et la méthodologie en droit citées durant la séance (d'autres références sont disponibles dans la rubrique Bibliographie de ce site) :

          BONNARD J., Méthode de travail de l’étudiant en droit, PAris, Hachette, 2011.

          DONATIELLO G., VAERINI M., WERLY S., Le raisonnement et la rédaction juridiques : exercices en droit de la communication, Berne, Stämpfli, 2014.

          GILLES R., Le français du droit; textes et activités, Zürich/Bâle/Genève, Schulthess, 2011.

          LE ROY Y., SCHOENENBERGER M.-B., Introduction générale au droit suisse, Zürich/Bâle/Genève, Schulthess, 2015.

          MANAÏ D., Clés pour une introduction au droit, Berne, Stämpfli, 2012.

          TERCIER P., ROTEN Ch., La recherche et la rédaction juridiques, Zürich/Bâle/Genève, Schulthess, 2016.

          • Séance du 9 novembre

             

            Cette séance, sur le thème juridique du droit des personnes et de la famille, est consacrée à la problématisation de l'enseignement du droit.

            La séance débute par un bref rappel de la démarche de résolution de cas en droit vue la semaine dernière et par un rapide survol de la notion de personne en droit (cf. les premières diapositives de la séance ci-dessous).

            Trois cas en droit des personnes ainsi que des propositions de résolution par des groupes d'élèves sont ensuite distribués (cf. les deux document PDF ci-dessous concernant un cours à l'ECG de Fribourg). Il s'agissait pour ces élèves de leur premier cas à résoudre en droit, en appliquant la démarche de résolution présentée précédemment. Il est demandé aux étudiants d'analyser ces productions d'élèves et d'identifier les difficultés rencontrées par ces derniers. Plusieurs constats ont été faits par les étudiants (cf. le document PDF ci-dessous), permettant ainsi d'améliorer la démarche de résolution de cas en droit que l'on peut mettre en place dans nos classes. En lien avec les difficultés identifiées, des pistes pour travailler les différents savoir-faire nécessaires sont faits, notamment en reprenant les propositions faites par les étudiants lors de la séance précédente. Un dossier rappelant ces différents savoir-faire et proposant quelques pistes d'activités pour les travailler a été distribué lors de la séance précédente; d'autres exemples tirés d'internet sont disponibles dans le dossier ci-dessous. 

            Une démarche complète de résolution de cas en droit - avec explication théorique, canevas et exemples de résolution de cas - est finalement présentée et mise à disposition; ce document reprenant le polycopié réalisé par la file d'économie-droit du canton de Vaud peut être téléchargé ci-dessous.

            En deuxième partie de séance, quelques brefs éléments théoriques sont présentés concernant la notion de problème dans l'enseignement. Le thème du droit de la famille est ensuite abordé en soulignant son actualité, notamment le rapport récent du Conseil fédéral sur la modernisation du droit de la famille (cf. le document PDF ci-dessous). Sur cette base, il est demandé aux étudiants de rédiger un problème qui serait le moyen d'un apprentissage nouveau en droit de la famille (cf. les propositions dans le document PDF ci-dessous).

            Pour améliorer la manière dont on problématise l'enseignement du droit, il est ensuite fait référence aux notions de "concepts" et de "représentations" qu'il serait judicieux de prendre en compte pour problématiser de manière pertinente. Un petit document théorique sur la notion de représentation est distribué (cf. document PDF ci-dessous). Afin de vérifier la pertinence de la problématisation d'une leçon de droit, il est alors demandé de voir quels concepts juridiques étaient au coeur des problèmes proposés précédemment par les étudiants et d'identifier les représentations des élèves à leur propos; si les problèmes sont conçus pour permettre de combler les écarts entre les représentations des élèves et les concepts étudiés, alors la problématisation devrait être pertinente... Ces réflexions seront reprises et approfondies lors de la prochaine séance, notamment en abordant le dispositif particulier de la situation-problème.

            • Séance du 16 novembre

               

              Cette séance est remplacée par la journée Iconomix sur le thème "Travail  du futur".

              Il n'y a donc pas de didactique du droit le 16 novembre 2018.

              • Séance du 23 novembre

                 

                Cette séance, sur le thème juridique des sources des obligations, est consacrée au travail de groupe dans l'enseignement du droit.

                La séance débute en rappelant les étapes de la démarche d'enseignement par résolution de problème. Chacune de ces étapes est reprise et développée, en particulier celles concernant le travail de groupe et la mise en commun.

                Quelques rappels théoriques sur les avantages du travail de groupe, notamment en ce qui concerne l'enseignement du droit, sont ensuite présentés (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Le fameux test de la Nasa (cf. document PDF ci-dessous) est expliqué; il est relativement efficace pour faire comprendre aux élèves l'intérêt du travail de groupe et les règles élémentaires de son fonctionnement. Pour une application en droit du test de la Nasa, on peut se référer aux mémoires professionnels de Mmes Bafort, Bonardi et Maurer, Adaptation du test de la Nasa à un cas de droit, HEP Vaud, 2017.

                Pour lancer le thème de la mise en commun, les étudiants sont invités à observer et à critiquer une vidéo montrant une phase de mise en commun en droit. Chaque étudiant fait ensuite part de ses remarques et une discussion est ouverte sur cette vidéo (cf. document PDF ci-dessous). Les caractéristiques principales d'une mise en commun réussie sont ainsi mises en évidence par les étudiants (cf. document PDF ci-dessous).

                Une deuxième activité sur la mise en commun est ensuite proposée : les étudiants reçoivent 6 productions de 6 groupes ayant réalisé une résolution de cas sur la formation des obligations contractuelles et ont pour tâche de proposer une mise en commun autre que par rapporteurs successifs. Les étudiants proposent des solutions intéressantes (cf. document PDF ci-dessous) que l'on discute en plénum et qui sont complétées par les modalités de mise en commun présentées dans les diapositives de la séance et dans le document théorique distribué (cf. les documents PDF ci-dessous).

                La séance se poursuit en approfondissant la réflexion concernant la problématisation, notamment en faisant le lien entre les concepts et les représentations des élèves, et la démarche complexe de la situation-problème. Les différentes étapes de ce dispositif sont présentées (cf. les diapositives de la séance et le document théorique sur le problème). Ce thème sera repris et développé lors de la prochaine séance.

                • Séance du 30 novembre

                   

                  Cette séance, sur le thème juridique de la formation des contrats, est consacrée au développement de compétences spécifiques en droit.

                  La séance débute par un retour sur le dispositif de situation-problème abordé lors de la dernière séance. Les diverses étapes de ce dispositif sont passées en revue en donnant quelques pistes pour une situation-problème à propos de la notion d'obligation juridique et de la formation des contrats (cf. document PDF ci-dessous).

                  La séance se poursuit par quelques informations théoriques à propos de généralités sur le droit des contrats (cf. les diapositives de la séance ci-dessous).

                  La notion de compétence dans le monde scolaire est ensuite présentée, notamment en insistant sur la manière novatrice de concevoir l'enseignement sur la base de cette logique (cf. les diapositives de la séance ci-dessous). Un document théorique résumant la définition de la notion de compétence par Ph. Jonnaert est distribué (cf. le document PDF ci-dessous).

                  Un premier exercice est alors proposé aux étudiants : sur la base d'un article présentant le fameux arrêt de la bague, il est demandé d'imaginer des compétences juridiques qu'il serait possible de travailler avec des élèves, puis de rédiger ces compétences (cf. le document rassemblant les consignes des activités de la séance ci-dessous). Les étudiants ont proposé diverses formulations qui méritent déjà toute notre attention... (cf. document PDF de production ci-dessous)

                  Une fois la compétence juridique rédigée, il reste encore à trouver les familles de tâches complexes qui permettent de mettre les élèves dans des situations où ils peuvent concrètement travailler ces compétences. Après quelques informations théoriques sur la notion de tâche complexe (cf. les diapositives de la séance ci-dessous), un document rassemblant la liste d'une multitude de dispositifs d'enseignement, notamment pour l'enseignement du droit, est distribué (cf. document PDF ci-dessous). Sur cette base, il est demandé aux étudiants de proposer, pour une série de compétences juridiques données, quelles seraient les familles de tâches complexes les plus pertinentes; chacun a reçu ce document et c'est ensuite à chacun, selon sa sensibilité et sa vision de l'enseignement, de compléter ce document (cf. le document PDF ci-dessous).

                  La séance se termine en donnant quelques indications sur le prochain travail à distance.

                  • Séance du 7 décembre

                     

                    Cette séance consiste en un deuxième travail à distance.

                    Durant cette séance, les étudiant-e-s développent l’une des consignes rédigées lors du premier travail à distance (ou en invente une nouvelle si nécessaire), de manière à ce que l’activité porte sur la résolution d’un problème juridique en groupes d’élèves.

                    Pour ce faire, les étudiant-e-s choisissent un thème juridique, ils déterminent et expliquent le/les concept/s juridique/s travaillé/s, ils imaginent les représentations des élèves à propos de ce/ces dernier/s, ils rédigent le problème juridique tel que soumis aux élèves, puis ils décrivent l’organisation et le déroulement du travail de groupe permettant la résolution du problème posé.

                    Les étudiant-e-s rédigent leur projet dans le canevas proposé ci-dessous. Ils se rendent ensuite dans l'atelier ci-dessous (cet atelier sera mis en ligne en début de semaine prochaine; mais vous pouvez déjà préparer votre travail à distance avec les documents disponibles ci-dessous) et effectuent les manipulations suivantes : ils donnent un titre (en mentionnant leur nom de famille), ils "copient/collent" leur projet dans l'espace "contenu du travail remis" et déposent également le document DOC/PDF dans l'annexe disponible. Le dépôt du document doit impérativement se faire avant 16h00 le vendredi 7 décembre.

                    Les étudiant-e-s prennent ensuite (dès 16:15, le vendredi 7 décembre) connaissance du travail d'un de leur collègue qui leur a été attribué sur l'atelier et l'évalue selon les critères donnés, dans le même espace atelier avant 20h00 le jeudi 13 décembre. Les critères de cette évaluation sont présentés dans la grille ci-dessous (mais l'évaluation de votre collègue se fait dans l'atelier !).

                    Dès le jeudi 13 décembre à 20h15, chacun peut prendre connaissance de l'évaluation de son travail par un collègue en se rendant dans l'atelier ci-dessous. Profitez des commentaires de vos collègues pour améliorer votre dossier de certification... Mais un temps d'échanges sera prévu lors de la prochaine séance du module.

                    Vous pouvez également prendre connaissance de tous les projets de  vos collègues en les téléchargeant dans le dossier ci-dessous (qui sera mis en ligne dès la réception de tous les documents) !

                    (N'oubliez pas que pour déposer son analyse, évaluer le  travail d'un pair, déposer des documents et écrire dans l'atelier, il est nécessaire de se connecter comme utilisateur !)

                    • Séance du 14 décembre

                       

                      Cette séance est consacrée à une discussion sur les productions réalisées pour le deuxième travail à distance, à la critique de la logique des compétences dans l'enseignement, au rappel du chemin parcouru durant ce semestre et à une évaluation du module par les étudiants.

                      • Séance du 21 décembre

                         

                        Cette séance du module consiste en un atelier sur la réalisation du dossier de certification.

                        • Certification

                           

                          Le dossier de certification est à rendre pour le vendredi 11 janvier 2019 à 17h00.